Les Indigotines

A la rencontre des artisans : moment d’émotion intense

Le sourcing des tissus, notamment les madras qui permettent de faire les foulards a été toute une expédition, rien que d’aller de Pondichéry à Cuddalore puis à Kurinjipadi, en Inde du sud, en moto ! En bus local, surchargé, entre musique à fond et coups de klaxon hurlants, ça aurait été également un parcours du combattant. Les routes sont bondées, bruyantes, parfois une oasis de rizière et de bananiers me fait oublier la rudesse des déplacements en Inde sans amortisseurs, ça fait partie du jeu.

Une fois arrivée dans le village reculé, localiser les ateliers de tisseurs a pris un certain temps, je les avais simplement identifiés dans une coupure de presse dans THE HINDU. Deux autres leçons entrepreneuriat apprises sur place : « quand faut y aller, faut y aller; lire la presse locale ».

Je m’aventure dans une ruelle de maisons basses entre vaisselle en inox qui sèche par terre au soleil et enfants qui courent, on appelle un homme, il m’entraîne dans une autre ruelle entre deux rangées de maisons encore plus basses et m’invite à entrer, enfin, dans l’atelier où tissent encore manuellement des familles de tisserands.

Hommes et femmes s’activent devant d’immenses métiers à tisser en bois. La pièce est sombre, elle sent la terre et l’humidité. Le bruit du bois qui claque est comme une musique d’ambiance. Assis à même le sol, ils tissent et tissent avec agilité et dextérité les fils de coton gris, bleus, beiges.

La collection Madras

La collection Madras

Ils n’ont jamais vu une Européenne en vrai. Les langues se délient. Ils m’expliquent. Tisser un lungi de huit mètres de long leur prend quatre jours, ils et elles travaillent six heures par roulement de six heures du matin à six heures du soir et gagnent huit cent roupies. Le fil leur est fourni par la coopérative. Ils se chargent de le filer, le mettre en bobine, de la teinture, du motif, du tissage.  Ils apportent la pièce terminée à la coopérative, qui les paye et assure la vente des lungis.

En les regardant bien, on voit la subtilité du motif, résultat de leur travail artisanal.

Des motifs exceptionnels qui nous ont tout de suite plu

Des motifs exceptionnels qui m’ont tout de suite plu

Le lungi, ou dothi est l’habit traditionnel porté par les hommes, une pièce de tissu en coton de deux  mètres de long qu’ils enroulent et nouent savamment autour des hanches, portent longue ou remontée en jupe. De l’écossais, des rayures, des carreaux, principalement bleus. Ou blancs, pour les hommes politiques, et lors des cérémonies et fêtes religieuses. Ils les enroulent également autour de la tête pour se protéger du soleil et de la chaleur.

Ils m’offrent un chai.

La magie du chai, thé au lait épicé, cardamone, gingembre, girofle, cannelle...

La magie du chai, thé au lait épicé, cardamone, gingembre, girofle, cannelle…

Dans la rue, une femme sans âge file le coton qu’elle enroule en activant d’une main une manivelle qui fait tourner une roue de vélo autour duquel le fil se déroule. Les bobines, de toutes les couleurs, sont comme un tableau.

l'habit traditionnel des hommes

L’habit traditionnel des hommes détourné par LES INDïGOTINES

Autour d’un thé épicé, ils me disent qu’ils sont inquiets du développement des machines, qu’ils sont les derniers à se transmettre le métier, que les jeunes ne s’y intéressent pas.

LES INDïGOTINES Home sont donc fières de proposer une collection de foulards tissés à la main par ces artisans au savoir-faire indéniable. Si experts, si humbles.  Des très beaux plaids, jetés de canapé et couvre-lits, écossais ou à carreaux, aux couleurs vives ou pastels, vert de gris, bleu azur, dégradés de gris sont aussi issus du détournement de cet habit traditionnel.

Ce choix éthique de ne pas acheter de tissu industriel contribue à la sauvegarde de savoir-faire ancestraux et au maintien de ces communautés. Handloom versus Power loom !

Ils m’invitent à rester. Ils me disent que je suis leur messie. Je les quitte avec regret et attends avec impatience ma prochaine visite, le réassort des tissus et cette belle rencontre, intense, inoubliable qui m’a mis les larmes aux yeux.

En achetant notre artisanat fait main, vous soutenez nos engagements et nos actions.

Continuez de suivre les aventures de Bécassine en Inde, oups, des IndïGOTINES Home, inscrivez-vous à la newsletter .

P1070179 (Copy)

P1070147 (Copy) P1070151 (Copy)

Étonnant plaid éthique, issu de coton tissé main

Étonnant plaid éthique, issu de coton tissé main

P1070156 (Copy) P1070197 (Copy)P1070015 (Copy)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *